15 avril 2012

MESSAGE RELATIF À LA SITUATION ACTUELLE

Le comité exécutif et le comité de mobilisation de l'ACSA tiennent à réagir aux récents courriels de l'Université de Montréal et clarifier la situation de l'ACSA dans ce contexte.

En tant que membres du comité de mobilisation et / ou membres du comité exécutif de l'ACSA : 

- Nous considérons qu'à travers ses messages récents, la direction de l'Université de Montréal nie à tort la légitimité des associations étudiantes de l'université, et à travers elles, celle de la communauté étudiante toute entière. Au contraire il nous semble que les étudiants doivent revendiquer à juste titre le caractère démocratique du mouvement, qui leur confère une légitimité certaine, quelles que soient leurs opinions individuelles vis-à-vis du projet de hausse des frais de scolarité,

- 
Nous considérons que la direction de notre université méprise aussi les professeurs et chargés de cours qu'elle tente d'instrumentaliser pour contraindre les étudiants à reprendre les cours (à ce sujet, nous vous invitons vivement à prendre connaissance du message du syndicat général des professeurs et professeures de l'Université de Montréal, paru aujourd'hui),

- Nous regrettons la judiciarisation du conflit, à laquelle le gouvernement et l'Université de Montréal ont recours pour discréditer le mouvement,

- Nous avons toujours eu à coeur que les assemblées générales se déroulent dans le respect des opinions de chacun, 

- Nous avons toujours eu à coeur d'assurer que chacun, à travers le vote à bulletin secret, puisse exprimer librement son opinion,

- Nous nous sommes donnés comme règle d'honneur, dès la première rencontre du comité de mobilisation, de n'avoir jamais recours à aucune forme d'intimidation, règle que nous avons toujours respectée. Nous avons toujours envisagé notre rôle à travers le dialogue, que ce soit en assemblée générale ou lors des piquetages, qui n'ont jamais consisté à empêcher physiquement l'accès aux salles de cours, mais à se rendre disponibles pour discuter,

- Nous sommes parfaitement conscients qu'il existe un vide juridique quant à ce type de mouvement étudiant. Il n'existe pas de "droit de grève" dans la loi, pas plus qu'il n'existe de loi interdisant de ne pas nous présenter à nos cours.

La décision collective des membres de l'ACSA d'entrer en grève est tout simplement un choix démocratique et solidaire.
Le choix de ne pas se présenter aux cours est un engagement individuel à respecter ce choix démocratique. 

Comme depuis le début de la grève, l'ACSA n'a d'autre pouvoir que d'encourager ses membres à respecter ce choix tant que nous sommes en grève. Nous vous demandons toutefois de prendre acte du message de l'Université selon lequel les cours donnés ne seront pas rattrapés. Notez que cela ne change rien à la situation antérieure, car la règle demeure que le professeur ou le chargé de cours ne doit donner son cours que si les conditions pédagogiques sont réunies. 

Lundi les étudiants réunis en assemblée générale (17h30 en salle 2083) décideront démocratiquement de poursuivre ou non le mouvement. 
Nous vous invitons plus que jamais à être présents pour que la décision prise soit représentative de l'ensemble des membres de l'ACSA.

Le comité exécutif de l'ACSA
Le comité de mobilisation de l'ACSA